RENAISSANCE DE LAURENCE MERLIN

RENAISSANCE

Les arbres gorgés de sève à foison

Rayonnent de joie dans la forêt toute entière;

Mars est arrivé, fredonnant dans le ciel clair

L’hymne du printemps qui enchante l’horizon !

 

Fini le givre et les grands froids,

L’orgue des saisons a tourné sa manivelle.

Feras-tu ton nid chez moi, petite hirondelle ?

Quand Avril et Mai profileront leur minois !

 

L’aurore se perle de rosée, l’air embaume la violette

Au diapason des amours, le rossignol éclaircit sa voix.

Les merles se font tapageurs dans la nature en émoi,

Déjà l’herbe des prairies éclate en pâquerettes.

 

Dans un rai de soleil, l’adonis aux écailles de lumière,

En un ballet languide, fait frissonner la rose

Et pour qu’avant la nuit, sur son cœur, il se pose,

La belle en corset de velours récite des prières …

Alors sonne l’heure où la muse inspire le poète

Dés qu’il admire, ébloui, cette métamorphose,

Laissant renaître en son âme ce petit quelque chose

Qui fait fleurir des rimes dans un coin de sa tête…

 

Laurence Merlin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *